Des animes à dévorer sans modération

Vous les attendiez, vous en rêviez...Les vacances de Noël !

Terminés les partiels à 8H00 à Arcueil, oubliés les papers commencés et finis dans la même nuit pour le lendemain...Mais qu'allez-vous faire de tout ce temps libre ? Ramen-toi a la réponse pour vous !

Découvrez dans cet article trois animes malheureusement trop peu connus du public et qui nous prouvent encore une fois que l'animation japonaise est loin d'être réservée aux histoires enfantines et superficielles....Captivants, complexes et originaux, laissez-vous entraîner dans ces trois univers différents de l'ordinaire qui vous feront oublier ce morne semestre !

 

Mawaru Penguindrum

 

 

Durée: 24 épisodes

 

Genres : comédie, drame, psychologique, supernaturel

 

Synopsis : Dans la famille Takakura, Kanba et Shouma, deux frères que tout oppose, ont néanmoins en commun de tenir à leur ravissante petite sœur Himari comme à la prunelle de leurs yeux. Cependant, leur paisible vie de de famille s'écroule le jour où le verdict du médecin tombe : Himari est atteinte d'un cancer du cerveau et ses jours sont comptés. En effet, quelques mois plus tard, alors que tous trois visitent un aquarium en famille, la jeune fille s'écroule et décède quelques minutes plus tard. Alors que les deux frères maudissent leur destinée devant la dépouille de Himari, celle-ci s'éveille soudainement sur son lit d'hôpital, mais son corps est désormais possédé par une entité étrange qui réside dans un châpeau acheté à l'aquarium. Cette entité s'adresse à Kanba et Shouma, et leur fait passer un marché : elle prolongera la vie de Himari s'ils retrouvent pour elle le « tambour pingouin ».

 

Si le résumé ci-dessus ne vous avait pas déjà mis la puce à l'oreille, Mawaru Penguindrum est un anime très spécial, qui sort vraiment du lot. Le monde dans lequel on évolue est surprenant, nous rappellant vaguement le nôtre, mais jalonnés d'éléments bizarres voire totalement absurdes qui pourtant se fondent parfaitement dans l'histoire. Si au départ certaines scènes nous paraissent sorties d'un délire sous LSD, le scénario se révèle de plus en plus sombre et convaicant à mesure que l'on avance. En réalité, cet anime use subtilement d'énormément de métaphores et d'allegories pour nous faire passer de nombreux messages.Une fois que l'on parvient à comprendre le sens profond de ces images, les scènes loufoques qui nous perturbaient au début prennent soudain tout leur sens, et on suit avec appréhension la progression des personnages qui luttent despérément pour changer leur destin.

Chaque épisode est bien pensé, les graphismes sont très beaux, colorés et fluides du déut à la fin, tandis que les openings retranscrivent parfaitement l'ambiance de l'anime.

Que vous acrochiez ou non à cet atmosphère si particulière, Mawaru Penguindrum est définitivement inoubliable dans son genre !

 

 

Eden of the East

 

 

Durée: 11 épisodes

 

Genres : action, romance, thriller

 

Synopsis : Saki Morimi est une jeune étudiante japonaise en vacances aux Etats-Unis, un peu rêveuse et qui croit encore au prince charmant. Alors qu'elle tente de jeter une pièce dans la fontaine de la Maison Blanche, bien que ce soit interdit, deux policiers l'interpellent. Heureusement, un jeune homme charmant vient au secours de Saki et lui évite des ennuis...Sauf que ce jeune homme est absolument nu, avec pour seules possessions un pistolet et un téléphone portable et par-dessus le marché, il est totalement amnésique. Après quelques péripéties, ce jeune homme découvre qu'il s'est non seulement lui-même effacé la mémoire mais surtout qu'il est un terroriste, un « seleçao », membre d'une mystérieuse organisation prise dans un jeu politique dangereux. Prenant le nom de Takizawa, le « prince charmant » de Saki et la jeune fille décident de rentrer à Tôkyô, où ils apprennent que plusieurs attentas ont eu lieu...

 

Cet anime est court, agréable à regarder et plutôt original. Sans être absolument inoubliable, il reste intelligent, parfois touchant, mais possède surtout un suspens qui nous pousse à vouloir continuer plus avant dans le scénario à chaque fin d'épisode. Onze épisodes, cela peut sembler un peu trop court, mais en contrepartie cela permet de profiter de l'histoire sans se prendre la tête. Deux films ont vu le jour depuis la fin de la série, pour ceux et celles qui en voudraient plus.

 

Shinsekai Yori

 

 

Durée : 24 épisodes

 

Genres : Science-fiction, drame, mystère, amour, amitié, psychologique

 

Synopsis : Près de mille ans nous séparent du monde dans lequel se déroule ce récit, un millénaire qui a relégué notre XXIème siècle au rang d'« Ancien Monde », et où le nouveau monde a connu d'innombrables métamorphoses. Dans ce futur hypothétique, les humains ont développé leurs capacités mentales, et sont doués d'une forme de télékinésie appelée « cantus ». Ce cantus est désormais le pivot de l'existence humaine, et sa bonne maîtrise étant impérative, elle est inculquée aux enfants dès leur plus jeune âge. Nous suivons cette formation à travers les yeux de Saki Watanable, la narratrice, âgée de onze ans au début de l'histoire. Si le monde de Shinsekai Yori paraît utopique au début, on déchante toutefois très rapidement : les enfants de l'école de Saki disparaissent mystérieusement et les adultes ne semblent pas vouloir s'étendre sur le sujet. Et la vie de la fillette bascule lorsqu'elle et ses quatre meilleurs amis découvrent par hasard un vestige de la civilisation passée, qui leur révèle en partie la vérité sur l'apparition du cantus et le fonctionnement cruel de leur société...

 

Je pourrais m'étendre sur des pages et des pages quand il s'agit de l'histoire de cet anime. Aussi sombre qu'intriguant, il démarre sans préambule dans un monde futuriste étrange, qui se révèle toutefois parfaitement cohérent à mesure que l'on avance dans le scénario. Le mystère est présent continuellement, si bien que l'on est tenus en halène tout du long, à la fois terriblement angoissés pour le sort des personnages, mais aussi curieux de la tournure que les événements vont prendre.

Les relations humaines sont plus intelligemment traitées que dans la plupart des séries et montrent la complexité des sentiments, et l'évolution des héros en la matière est à mon avis crédible et souvent émouvante.

Les graphismes sont propres, jolis, et utilisent les tons pastels et les jeux d'ombres chinoises pour appuyer les moment sombres ou tristes de l'anime. Les musiques sont parfaites, et les deux endings ( il n'y a pas d'openings ) rendent parfaitement compte de l'atmosphère générale.

Je tiens à dire que l'anime est classé « pour public averti », donc je ne le conseille pas forcément aux personnes sensibles au stress, aux scènes violentes ou à caractère sexuel ( rien de véritablement explicite ne sera jamais montré, mais je préfère prévenir ). Néanmoins, il mérite d'être vu, ne serait-ce que pour sa fin bouleversante et la morale qui va avec. Il est dommage qu'il soit pratiquement passé inaperçu à sa sortie en 2012, et je compte sur vous pour y remédier!

 

 

Sources images :

 

http://images6.fanpop.com/image/photos/35100000/Mawaru-Penguindrum-mawaru-penguindrum-35115596-1600-1133.jpg

 

http://cdn.madman.com.au/images/series/15780-series-header.jpg

 

http://shinsekaiyori.wikia.com/wiki/Shin_Sekai_Yori_Wiki

 

 

 

Eléa

 
Retour à l'accueil